#Entretien Manèges
ÉVOLUTION DE LA DÉTERMINATION DE LA FORCE DE FATIGUE SUR LES ATTRACTIONS By Enrico Fabbri
0
5250
PNR
28545 dated 15.05.2015
Publié par
Enrico Fabbri
Source
Enrico Fabbri
Publicite
 
Fatigue des attractions: comment la référence normative a-t-elle changé au cours des 20 dernières années?
 
ÉVOLUTION DE LA DÉTERMINATION DE LA FORCE DE FATIGUE SUR LES ATTRACTIONS
by Enrico Fabbri
 
Les modifications apportées aux normes applicables à la détermination de la résistance à la fatigue ont considérablement augmenté la limite d'endurance minimale des attractions.

Les années 90 ont vu les fabricants allemands rencontrer des difficultés majeures, ne pouvant plus fournir des attractions à des prix abordables. Au cours de ces années, de nombreux fabricants italiens ont commencé à concevoir des attractions conformes à la norme DIN-4112 et à les commercialiser avec la certification TÜV. Au cours de cette période, de nombreux fabricants ont commencé à appliquer la norme DIN-15018 pour les essais de fatigue de leurs structures. Cette norme avait été conçue pour la construction de grues et était liée à la norme DIN-4112. Cette norme stipulait notamment que les structures devaient être conçues de manière à supporter au moins 2 millions de cycles de fonctionnement. La théorie sous-jacente à la «philosophie allemande» reposait sur le principe qu’après 2 millions de cycles sans rupture, la structure pourrait fonctionner «indéfiniment».

La norme DIN-15018 a été incorporée à la norme EN-13814 en 2007 et a été utilisée par tous les fabricants pendant plusieurs années. Il y a quelques années, cette norme a été modifiée, portant la limite minimale de fatigue à 5 millions de cycles (par rapport aux 2 millions précédents). L'augmentation significative de cette exigence a conduit à la lourdeur des structures et a souvent nécessité la reconfiguration d'éléments importants de nombreuses attractions.

La norme DIN-15018 a été supprimée à la suite de l'entrée en vigueur de la nouvelle norme pour les constructions métalliques appelée Eurocodes. Cela a une nouvelle fois remué le pont, pour ainsi dire, en introduisant le concept selon lequel une attraction doit être conçue pour résister à la fatigue pendant au moins 35 000 heures de fonctionnement. Par conséquent, le paramètre de référence n'est plus «cycles de fonctionnement», mais «heures de fonctionnement».

Cette différence de concept est cruciale et l'application des Eurocodes oblige les concepteurs à établir une série de cycles d'exploitation d'attraction, par exemple à pleine charge ou à la moitié du nombre de passagers, et de contrôler la fatigue / contrainte cumulée sur les structures au fil du temps; évidemment, la somme des contraintes de fatigue sur 35 000 heures ne doit pas provoquer la rupture de la structure. Cela semble très simple en théorie, mais l'introduction des Eurocodes a rendu le travail plus compliqué pour les concepteurs et les ingénieurs qui doivent effectuer les calculs sur les structures, par rapport au précédent DIN-15018, qui était beaucoup plus schématique et plus simple à appliquer.

Une explication exhaustive de l'évolution de ces normes occuperait une place considérable, et ces sujets concernent principalement les ingénieurs qui doivent les appliquer. Ce que je veux surtout dire, c’est que les normes de détermination de la résistance à la fatigue des structures situées sur des attractions ont considérablement évolué au cours des 20 dernières années; à chaque changement, les attractions ont été renforcées dans leur conception et par conséquent dans leur capacité à résister à la fatigue.

Un autre concept qui mérite d'être souligné est qu'une attraction est plus sujette à la fatigue uniquement en fonction du nombre de cycles / heures de fonctionnement et non de son âge.
 



Écrit par M. Enrico Fabbri enrico@fabbrirides.com
Article initialement publié dans le magazine Games Industry (Italie)
Date originale: Mai 2015
#02


 
Clause de non-responsabilité:
Ce document ne constitue aucune sorte d’expertise ou assistance de nature technique, normative ou de l'inspection. RidesZone recommande à ses utilisateurs d'évaluer le matériel publié de façon indépendante avec l'aide d'un conseiller professionnel afin d'évaluer les possibles conséquences juridiques, normatives, civiles et pénales.  Bien que les informations et les données publiées ici sont obtenues à partir de sources jugées fiables, RidesZone ne donne aucune garantie quant à leur exactitude ou à l'exhaustivité.  RidesZone décline toute responsabilité pour tout possible dommage résultant de l'utilisation, la mauvaise utilisation ou la non-utilisation, de toute information contenue dans ce post.  L'utilisateur, en téléchargeant /  ouvrant le document ci-joint, accepte sous sa responsabilité tous les termes et conditions écrites ci-dessus.
Ce texte a été traduit avec Google Translator et peut donc contenir des erreurs. Veuillez vous référer à la version anglaise en cas de doute.
 
[Tag: RZEF ]